Pourquoi ils ont choisi l’Amérique

D'un continent à l'autre, c'est loin, l'Amérique

Elles ont choisi l’Amérique, souvent, par amour.  Pas l’amour de la terra americana : l’amour du citoyen américain rencontré un soir ou un matin, sur une plage ou en haut de la tour de Pise, au coin de la rue ou au bord de la route. Elles sont devenues Américaines par leur mariage.

Ils ont choisi l’Amérique parfois pour la même raison, mais moins souvent qu’elles : eux, c’est plutôt un choix intime, personnel, souvent lié au boulot ou aux études. Eux,  c’est l’Amérique d’abord, qu’ils ont choisi. Il se trouve que, plus tard, l’Américaine est rentrée dans leur vie avec l’amour. Il peut se trouver aussi qu’alors ils restent et deviennent Américains car les visas de travail ne sont pas éternels (entre autres).

La différence c’est qu’ils ont trouvé l’amour sur place, alors qu’elles l’ont suivi et ont traversé l’océan avec lui ; elles ont embarqué avec l’amour dans leurs bagages ; elles l’auraient suivi au bout du monde, les femmes n’ont peur de rien.

Il y a ceux qui, elle et lui dans l’hexagone, ont choisi un jour de tenter l’aventure des Pilgrims  quatre cent ans plus tard : ils allaient, ensemble, découvrir leur Amérique,  ses dollars, ses McDo, ses exagérations, ses gratte-ciels, ses bisons, ses dindons, et son Obama. Pour ceux-là, obtenir la nationalité américaine tient du trapèze de haut niveau.

Et puis il y a ceux qui ne savent pas encore : ils et elles sont ici, mais pour combien de temps, ils n’en savent rien : parce que partagés entre deux continents, deux langages, deux cultures, deux pays,  ils se demandent si le plus sage ne serait pas de rentrer « chez soi » et de cicatriser ce qui peut encore l’être.

A tous ceux qui, francophones de naissance, sont ici maintenant, dans un des cinquante états, la question principale, c’est :

POURQUOI AVOIR CHOISI L’AMERIQUE ?

Pour ceux qui ont envie d’en dire davantage, la seconde question importante, c’est

COMMENT AVEZ-VOUS CHOISI L’AMERIQUE ?

A tous, merci de répondre et de faire avancer ce qui peut encore se tenir debout.

__________

ps : la Chron a attrapé le plus horrible virus de grippe qui se puisse souhaiter, mais chancelante et toussante, elle vient tous les jours sur ce blog. La seule bonne chose, c’est qu’elle n’est pas contagieuse par l’internet.