La pluie, c’est le bouquet

Tôt levée ce matin, une odeur fraiche au réveil, parfum d’eau claire, pluie de la nuit, et le souci immédiat pour les fleurs en pleine floraison ; quelques-unes déjà devraient être  coupées pour faire place aux autres, les suivantes qui attendent, en bouton, le départ de leurs ainées pour s’épanouir librement.

J’ai fait une razzia, lis martagons, roses rouges du grimpant sans épines, roses roses, grosses, superbes qui fleurrissent de mai à octobre , petites marguerites des champs à longues hampes, quelques feuilles des fougères sauvages, et trois boules de l’hortensia blanc, qui menace d’envahir la petite allée du fond, celle qui conduit au garage. A tailler d’urgence, un soir, à la fraîche.

De l’orange, du rouge, du blanc, différentes sortes de verts, un peu de jaune.

Un bouquet à sauver avant la grosse pluie.

Les groseilles de la St Jean d’été

24 Juin, solstice d’été, fête de St Jean-le-Baptiste, dite de la Saint-Jean- d’été en opposition a la fête de St Jean l’Evangeliste, dite de la St-Jean-d’hiver, située lors du solstice d’hiver.

____________________

 

André Theuriet :

A la Saint-Jean d’été les groseilles sont mûres.

Dans le jardin vêtu de ses plus beaux habits,

Près des grands lis, on voit pendre sous les ramures

Leurs grappes couleur d’ambre ou couleur de rubis.

Voici l’heure. Déjà dans l’ombreuse cuisine

Les pains de sucre blancs, coiffés de papier bleu,

Garnissent le dressoir où la rouge bassine

Reflète les lueurs du réchaud tout en feu.

On apporte les fruits à pleines panerées

Et leur parfum discret embaume le palier ;

Les ciseaux sont à l’œuvre et les grappes lustrées

 Tombent comme les grains défilés d’un collier.

Doigts d’enfants, séparez sans meurtrir la groseille

Les pépins de la pulpe entr’ouverte à demi !

La grave ménagère, attentive, surveille

Ce travail délicat d’abeille ou de fourmi.

Vous êtes son chef-d’œuvre, exquises confitures !

Dès que l’été fleurit les liserons du seuil,

Après les longs travaux : lessives et coutures,

Vous êtes son plaisir, son luxe et son orgueil.

Que le monde ait la fièvre et que sa turbulence

Gronde ou s’apaise au loin, la tranquille maison

Toujours, à la Saint-Jean, voit les plats de faïence

Se remplir de fruits mûrs et prêts pour la cuisson.

Le clair sirop frissonne et bout ; l’air se parfume

D’une odeur framboisée… Enfants, spatule en main,

Enlevez doucement la savoureuse écume

 Qui mousse et perle au bord des bassines d’airain !

Voici l’œuvre achevée. La grave ménagère

Contemple fièrement les godets de cristal

Où la groseille brille, aussi fraîche et légère

Que lorsqu’elle pendait au groseillier natal.

Les grappes maintenant bravent l’hiver. Comme elles,

La ménagère échappe aux menaces du temps ;

 La paix du cœur se lit dans ses calmes prunelles,

Et son front reste lisse et pur comme à vingt ans.

Il y a 170 ans, l’Amérique du Nord enseignée à nos aieules – 2

Livre de classe 1842

(Il y a 170 ans, l’Amérique du Nord enseignée à nos aieules, première partie : Canada )  

____

Etats-Unis

On donne ce nom à plusieurs provinces situées au midi du Canada, et qui s’appellent aussi Nouvelle-Angleterre. Ce sont originairement des colonies anglaises établies dans ce pays au 17e siècle. Elles ont secoue le joug de l’Angleterre en 1776, et, après une guerre de sept ans contre la mère-patrie, elles ont fait reconnaitre leur indépendance. Elles forment actuellement une république fédérative sous le nom d’États-Unis, dont les richesses et la force augmentent avec rapidité.

1 – Comment sont-ils divisés ?

Ils sont divisés en 27 états ou provinces, dont voici les noms avec leurs capitales :

Nouveau-Hampshire, cap. Portsmouth

Vermont, cap. Windsor

Massachussetts*, cap Boston

Rhodes-Island, cap. Newport

Connecticut, cap. Hartford

Nouvelle-York*, cap New-York

Nouvelle-Jersey, cap. Trenton

Pennsylvanie, cap. Philadelphie

Delaware, cap. Douvres

L’Ohio, cap. Marietta

Louisiane, cap. Nouvelle-Orléans

Maryland, cap. Baltimore

District de Columbia, cap Washington, ville fédérale

Virginie, cap Richemond*

Caroline du Nord, cap. Raleigh

Caroline du Sud, cap. Charles-Rown*

Georgie, cap Louisville

Kentuki*, cap. Francfort

Tennassée*, cap. Knosville*

Le Mississippi*, cap. Natchès*

L’Indiana, cap Vincennes

L’Illinois

L’Alibama*

Le Maine, cap. Portland

Le Missouri, cap St-Louis.

Chacun de ces états forme une république particulière avec son gouvernement. Chaque état envoie ses députés à une assemblée générale, ou Congrès, dont le chef a le titre de Président, et où se traitent les affaires qui intéressent la fédération.

La ville de Washington, fondée en 1792, est le siège du congrès et la résidence du président. Elle porte le nom du personnage qui a le plus contribué à la conquête de la liberté.

Le protestantisme est la religion des Etats-Unis.

3 – Climat et production du pays

Souvent, dans ces contrées,  les températures les plus opposées se succèdent subitement. Au nord, le climat est rude, l’hiver long et rigoureux. Vers les montagnes, il est doux et sain. Dans les plaines méridionales, les chaleurs sont excessives. Cependant les nombreuses forêts et les immenses plaines d’eau qui courent ce pays le rendent plus froid que les contrées européennes qui ont la même latitude.

Le sol est très fertile, il produit beaucoup de froment, d’orge, d’avoine.

La pomme de terre est originaire de ce pays.

Le cidre est la boisson ordinaire des provinces du nord et du centre.

Celles du midi présentent une végétation vigoureuse, riche en couleurs, en parfums, en formes majestueuses et élégantes.

Le palmier, le chêne toujours vert, le laurier, le pin, le cèdre, le figuier, l’olivier  s’y développent sous d’énormes dimensions,

L’oranger y est remarquable par la beauté de ses feuilles, de ses fleurs et de ses fruits. La pêche et l’abricot y sont délicieux.

Il y a beaucoup de serpents, le plus redoutable est le serpent à sonnettes.

____________________________

* Orthographe de l’époque respectée

Il y a 170 ans, l’Amérique du Nord enseignée à nos aïeules – 1

Manuel Classique tome 1, 1842

Je possède plusieurs livres  anciens et il m’a pris la fantaisie, hier soir, d’en prendre un au hasard. Il s’agit du Manuel Classique 1, édité en Avignon par L. Aubanel, imprimeur, en 1842.

Ce gros livre, relié plein cuir, faisait partie d’un ensemble de plusieurs volumes destinés à l’éducation des  “jeunes personnes élevées chez les Dames de la Présentation de Marie”.  Celui que je possède appartenait à Emma Chabain de Cervières,  elle a écrit son nom à l’encre noire, qui, en 170 ans, est devenue  terre de Sienne.  Emma devait avoir dans les 14 ou 15 ans lorsqu’elle était élève des Dames de la Présentation,  un couvent situé à Avignon.

Ce Manuel Classique contient en  un millier de pages sur papier bible, les matières suivantes :

– Histoire Sainte

– Arithmétique

– Modèles de cahiers de compte

– Manières de dresser des mémoires, billets, quittances, lettres de change,

– Tenue des livres en partie simple et correspondance commerciale

– Orthographe d’usage, ponctuation, instructions sur le style épistolaire avec des modèles de lettres ( nous y reviendrons car il est toujours intéressant de voir le chemin parcouru, baby !)

– Géographie : de la sphère, du temps, de la cosmographie, et géographie en général.

– Morceaux choisi de poésie

– Histoire ecclésiastique.

C’est dans  la partie géographie que je relève les textes suivants, sans y rien changer, pour les porter à la connaissance des lecteurs de ces chroniques américaines. Voici comment nos aïeules voyaient le pays dans lequel nous vivons aujourd’hui, mes chers frères et sœurs en expat :

Chapitre XI

L’Amérique septentrionale

_____________

1 – Canada

Qu’est-ce que le Canada ?

C’est un pays immense situé au Nord des Etats-Unis, et qui est encore habité par plusieurs nations sauvages. Il fut découvert en 1504 par les Français, qui lui donnèrent le nom de Nouvelle-France et il a été cédé aux Anglais en 1763.

L’air y est très froid, à cause des forêts et des lacs dont il est rempli. Sa plus grande richesse consiste en peaux de castors et en bois de construction.

Les naturels du pays sont païens et sauvages. Ils vivent de la chasse et de la pêche. Les nations les plus connues habitant le Canada sont : les Iroquois, les Hurons, les Algonquins, les Assinipouels*, et les Natchès*.

Les villes principales du Canada  sont : Québec, capitale, sur le fleuve St Laurent ; Mont-Réal* et les Trois-Rivières.

Les Anglais possèdent encore au nord du Canada la Nouvelle-Galles ou Nouvelle-Bretagne, qui comprend le Labrador, ou Pays des Esquimaux, peuples sauvages et barbares ;  et au sud-est, ils possèdent l’Acadie, ou Nouvelle-Ecosse, dont la capitale est Halifax, bâtie par les Anglais.

Sur la cote Nord-Ouest les Anglais possèdent  la Nouvelle-Albion, la Nouvelle-Géorgie, le Nouveau-Hanovre, le Nouveau-Cornouailles, et le Nouveau-Norfolk avec les iles de Guadra*, de Vancouvert*, de la Reine-Charlotte, de la Princesse-Royale, etc.

_______________________

* Orthographe de l’époque respectée

(suite 2 )