HAPPY FOURTH OF JULY

Photo courtesy of Country Living

Jour de fête, on pavoise, il fait ici un temps superbe, on pourra cuire les hamburgers sur le BBQ, s’amuser dehors en buvant des bières et que demande le peuple ?

Les “services” sont fermée, pas de banque, pas d’école – oui, c’est vrai, c’est aussi le temps des vacances scolaires !. Pas e courrier, pas de … c’est tout. Les bureaux de l’état et ceux  du gouvernement sont fermés aussi.

Tout le reste est ouvert. Petite concession aux réjouissances, le magasin de Monsieur Chron fermera à 20 heures au lieu de 22, quel gros effort pour fêter la mère Patrie !

Hier,  une file d’acheteurs arrivait au milieu du méga-magasin de vins et alcools. Les caissières irritées, : c’est la première fois que je vois un mouvement d’humeur chez une caissière américaine. L’une d’entre elle me dit que c’est ainsi depuis le matin. L’américain moyen a découvert les vins depuis une vingtaine d’années et délaisse les bières, qui font  trop pipeule, j’en conclus. Dans la file, ici, stylettos et cravates, vins blancs de Californie, des rosés de Provence, quelques beaujolais.

ON a taillé court la pelouse, nettoyé les pots de géraniums, arrangé les arbustes. Arrosé le jardin de 17 à 20 heures ; et aussitôt les piaillements des oiseaux qui accourent jouer dans les jets d’eaux. Nous n’utilisons aucun produits chimique dans le jardin, ca pousse comme ca veut, on se contente de tondre, c’est tout ce que nous sacrifions à la vie publique : qu’on ne nous demande pas, en plus d’empoisonner les oiseaux et les écureuils sous prétexte  de beaux massifs.

En réponse, ils, oiseaux et écureuils, accourent chez nous des quatre coins du quartier. Ca fait des dégâts, les écureuils font des trous, les oiseaux salissent la voiture, mais quoi ?  Un jardin sans animaux qui courent, sautent voltigent et roucoulent, ce n’est plus un jardin.

Monsieur Chron se joint à moi pour vous souhaiter un beau, ensoleillé, superbe, joyeux et “safe” FOURTH OF JULY , everyone !